top of page

Quand le burn-out s'enflamme

Que ce soit en société, à travers les médias, au travail, voire même par votre médecin, vous avez très certainement déjà entendu parler du burn-out, du burnout ou encore du burn out. Et pour cause, l'évolution des chiffres en Belgique n'est guère réjouissante. En effet, voyez ci-après son évolution à travers les années :

  • en 2014, le nombre d'employés souffrant de burn-out était de 10% dans la population belge active

  • en 2017, il passe à 17% de travailleurs en situation de burn-out

  • entre 2018 et 2019, 23,8% des travailleurs sont estimés à risque de burn-out

  • en 2022, 28,5% des travailleurs sont estimés à risque élevé de burn-out, la crise covid-19 ayant malheureusement amplifié le phénomène.

À travers mon expérience professionnelle, j'ai eu l'occasion de prendre en charge nombre de personnes souffrant de burn-out, aussi parfois appelé syndrome d'épuisement professionnel. Celui-ci, s'il n'est pas une fierté, ne doit pas être non plus une honte. Si vous consultez pour des symptômes qui s'apparentent à un burn-out, sachez que vous serez loin d'être le·la seul·e. Regardez autour de vous, un peu moins d'un travailleur sur trois est à risque en la matière. Si vous êtes sur cette page, c'est que peut-être cette situation vous parle. Le burn-out étant un processus qui s'inscrit dans le temps, vous faites bien de consulter avant que l'épuisement ne soit trop important.


Précision importante, le burn-out un terme qui peut être mal employé. Je vous propose, dans un autre article, d'expliquer ce qu'est un burn-out et ce qui n'en est pas un. To be continued...

75 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout

Comments


bottom of page